e-congres international

par P. BERCHE

 

Résumé

Connue depuis l’Antiquité, la lèpre est une maladie chronique qui est devenue épidémique au Moyen Âge, avant de disparaître en Europe à partir du XIVe siècle. Malgré des traitements antibiotiques efficaces, cette maladie reste d’actualité puisqu’on comptait encore 214 000 nouveaux cas en 2016, principalement au Brésil, en Inde et en Indonésie. La lèpre existe sous deux formes principales : une forme tuberculoïde, peu contagieuse, avec des lésions cutanées dépigmentées et insensibles, associées à une atteinte inflammatoire des gros troncs nerveux et des paralysies ; une forme lépromateuse, beaucoup plus contagieuse, avec des nodules cutanés extensifs et mutilants, défigurant le visage, et disséminés à l’ensemble du corps. Depuis la découverte de Armauer Hansen en 1873, on sait que la lèpre est due à Mycobacterium leprae, bactérie réputée strictement humaine. En 2008, on a découvert une seconde espèce, Mycobacterium lepromatosis, à l’origine de la « lèpre lépromateuse diffuse », une forme très grave rencontrée surtout au Mexique. De plus, on a mis en évidence récemment que les mycobactéries de la lèpre étaient responsables de zoonoses chez le tatou à neuf bandes, chez l’écureuil roux et chez des primates en Afrique et en Asie. L’analyse moléculaire de ces mycobactéries a montré la grande stabilité de leurs génomes, ce qui met en exergue l’importance du terrain génétique sur l’expression de la maladie. Les analyses phylogénétiques, à partir des génomes complets provenant de 142 souches contemporaines et de 17 souches médiévales (par extraction de l’ADN à partir des lésions osseuses entre le IVe et le XIIIe siècle), a permis de montrer que M. leprae serait apparu il y a environ 3 600 ans et que le foyer initial de la lèpre humaine serait situé en Afrique de l’Est.


Mots-clés

lèpre, lèpre tuberculoïde, lèpre lépromateuse, lèpre lépromateuse diffuse, Mycobacterium leprae, Mycobacterium lepromatosis, archéobiologie, génomes bactériens.

 

Lire l'article

Revue de Biologie Médicale n°351 - Novembre - Décembre 2019.